Recherche

L’équipe de Marie Kmita publie un article dans la revue Development

10 juin 2013 | Génétique

Toutes les nouvelles

Marie Kmita, professeure associée de recherche IRCM et directrice de l’unité de recherche en génétique et développement, et son équipe ont publié un article dans le numéro du mois de mai de la revue scientifique Development. Leur percée scientifique contribue à une meilleure compréhension de l’embryogenèse.
 
L’équipe de la Dre Kmita étudie les gènes Hox, soit les gènes « architectes » qui contrôlent, en partie, le développement de l’embryon chez l’humain et l’ensemble des espèces animales. Ces gènes sont essentiels à la mise en place de l’architecture du corps et définissent l’identité et la fonction des cellules qui forment les organes et les parties du squelette.
 
Un nombre croissant de preuves suggèrent que certains gènes de la famille Hox auraient aussi un impact important sur le contrôle de la croissance des organes et des tissus lors du développement. Toutefois, la façon dont cette fonction des gènes Hox est réalisée demeure inconnue.
 
« Dans cet article, nous rapportons une série d’expériences génétiques démontrant que les gènes Hox contrôlent la croissance de bourgeons de membres en régulant la signalisation par des facteurs de croissance de fibroblast growth factor ou FGF. Les FGF sont essentiels au développement des bourgeons de membres.  Nous n’avons pas encore établi si les gènes Hox contrôlent également la croissance d’autres organes ou tissus en régulant la signalisation des FGF, mais cette découverte pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche afin de mieux comprendre comment la croissance est contrôlée lors de l’embryogenèse » a indiqué la Dre Kmita.
 
Les collaborateurs de l’IRCM pour cette étude sont Rushikesh Sheth (premier auteur), Damien Grégoire, Annie Dumouchel, Martina Scotti, Jessica My Trang Pham et Stephen Nemec. Ce projet a aussi été mené en collaboration avec l’équipe de la Dre Marian A. Ros à l’Université de Cantabria en Espagne. Les travaux à l’IRCM ont été subventionnés par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Programme des chaires de recherche du Canada.