Institutionnel

Les plateaux technologiques de l’IRCM : un gage d’excellence pour la recherche biomédicale et clinique

3 avril 2019 | Communauté interne

Toutes les nouvelles

Dans le milieu de la recherche biomédicale et clinique, l’équipement scientifique joue un rôle prédominant. Or, puisque celui-ci évolue à vitesse grand V, les chercheurs doivent constamment s’adapter pour demeurer à la fine pointe. 

C'est pourquoi l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) met les infrastructures de recherche au cœur de son fonctionnement par l’entremise de ses plateaux technologiques. Ceux-ci regroupent des dizaines d’appareils scientifiques accessibles à l’ensemble de la communauté de l’Institut. Vingt ans après leur implantation, les chercheurs, les médecins, les professionnels et les étudiants sont unanimes : les plateaux technologiques leur procurent une longueur d’avance, font l’envie de plusieurs et permettent de recruter des chercheurs hors pair. Portrait d’un succès de l’IRCM ayant inspiré plusieurs centres.

Une expertise au profit de tous
Le tout premier séquençage du génome humain – une opération qui permet d’obtenir le portrait de nos gènes – a été accompli en une douzaine d’années. Or, 15 ans après cette percée majeure, des appareils effectuent cette opération en une semaine. 

« Cet exemple illustre à quel point les équipements en recherche se développent rapidement et tendent à se spécialiser de plus en plus. Les innovations de ce type ne cessent d’être commercialisées, repoussant sans cesse les frontières de la science», indique Judith Cotton-Montpetit, directrice des plateaux technologiques et des infrastructures de recherche de l’IRCM.

Il y a une vingtaine d’années, afin de s’assurer de demeurer à l’avant-plan de la technologie offerte, les chercheurs de l’IRCM ont uni leurs forces en créant des plateaux technologiques institutionnels. Ceux-ci regroupent différents équipements scientifiques accessibles à l’ensemble de la communauté interne. Une cinquantaine d’employés veillent au fonctionnement de ces infrastructures de recherche, parmi lesquelles on compte des systèmes d'imagerie spécialisés, des appareils de séquençage de gènes ainsi que des outils de bio-informatique qui permettent l’analyse d’un nombre considérable de données.

 « Le fait de détenir un tel parc technologique confère un avantage concurrentiel aux chercheurs de l’Institut. Nous pouvons notamment nous assurer que les infrastructures servent à leur plein potentiel », explique Mme Cotton-Montpetit. « Par exemple, au lieu d’acquérir plusieurs microscopes du même modèle qui sont dispersés dans plusieurs laboratoires et que les équipes utilisent à temps partiel, chaque outil est utilisé de manière optimale. »

De plus, en combinant leurs ressources, les scientifiques de l’IRCM ont une plus grande variété de technologies à leur disposition. En matière de superficie, le total des infrastructures de l’Institut équivaut à la grandeur de deux patinoires de la Ligue nationale de hockey.

« L’accès immédiat à une gamme d’appareils est également bénéfique pour les jeunes chercheurs que nous recrutons, ajoute Judith Cotton-Montpetit. Ceux-ci peuvent lancer les activités de leur laboratoire plus rapidement, puisque nous avons déjà plusieurs des équipements dont ils ont besoin, ainsi que le personnel pour les appuyer. »

Un service à dimension humaine
Au-delà de l’appareillage, Mme Cotton-Montpetit insiste sur la plus-value humaine que procure un système axé sur une mise en commun des ressources.

« Notre personnel se consacre à la gestion et l’utilisation de nos outils technologiques. Au fil du temps, celui-ci développe une expertise de pointe inestimable qui peut être par la suite transférée de laboratoire en laboratoire », indique-t-elle, tout en soulignant que les équipes des plateaux technologiques de l’Institut desservent également des groupes de recherche externe issus du milieu universitaire et privé. 

Ce savoir-faire contribue également à la formation de chercheurs en devenir. Par l’entremise de plateaux, les étudiants de l’IRCM ont en effet l’occasion d’apprendre auprès de spécialistes œuvrant dans une variété de domaines complémentaires à leur champ de recherche, telles la génomique, la santé animale et la cytométrie en flux. 

« En somme, au fil du temps, les plateaux technologiques sont devenus bien plus qu’un ensemble d’appareils à l’IRCM; ils constituent une précieuse niche d’expertise au service de la recherche biomédicale et clinique. À sa manière, notre équipe a contribué à plusieurs percées scientifiques réalisées à l’Institut et nous en sommes fiers », conclut Judith Cotton-Montpetit. 

Les plateaux technologiques de l’IRCM en chiffres

  • 50 : nombre d’employés dédiés aux plateaux technologiques
  • 3115 : mètres carrés qu’occupent au total les infrastructures de recherche à l’Institut, soit l’équivalent de deux patinoires de la Ligue nationale de hockey
  • 8 : le nombre de plateaux technologiques en service à l’IRCM :
    • Animalerie et santé animale
    • Bio-informatique
    • Biologie moléculaire et génomique fonctionnelle
    • Cytométrie en flux
    • Histologie
    • Microinjection et transgenèse
    • Microscopie et imagerie
    • Spectrométrie de masse et protéomique